Musique listes préférées
... .............................
Liste des chansons preferences Fructidor
Couchant
Monsieur Zoiseau
Pignons sur rue
Le rayon
Elle
Petite sirène
Débourrage
Nocturnelle
La carte postale
Le vent qui ment
Beau village
Mon Ventoux
Le vieux soustingue
Les voyants
Laboureur d'infini
Ma gamelle
Le puput
Presqu'île
Le con-table
Confesse
Les cigales
Passer la ligne
Sur l'Orénoque
Les bancs de Georges
Aline et Hélène
Le mensonge
Racolage
La richesse
Carbule
Je vote
Mon vélo
La châtelaine
Bon sens
On mal fabé
La meulière
Coup de chaud
Ta chaleur
Voie sans issue
La petite lumière
Autant
Riz-menthe
TGV
Merditerranée
Les p'tits embêtements
Orion
Souriez !
Il avait un avion
Va-nu-pieds
Aum
Le geai
Bonne fête!
Le pêcher
Chanson vécue
Acrobate
Je marche
Le lingam
Cécité
De
La météo avait raison
La dernière escapade
La Moumoune
La neige d'antan
L'eau rage
Brison rusé
Une goutte
Le Rack'n'Rall
Paroles de la chanson "Presqu'île"
Ecouter

PRESQU'ÎLE

(Paroles et musique de Jac PETIT-JEAN-BORET)
(Le dimanche 301 juillet 2022 à 10h53, à Barjac)

Néfaste adverbe : presque

Presque, un peu rien moins qu'il n'en fallait,
Pas tout à fait ce qui était escompté.
Suis une presqu'île, j'ai été rattaché
Au continent qu'avant de loin je voyais.

Ai été absorbé par le monde entier
Lorsque pourtant l'isolement me seyait.
Par ce mot "presque", on m'a arraché
Les particularités qu'avant j'avais.

Au fil des années,
On a avalé
Mon identité
Que je chérissais.
Si ça continue,
Je serai inclus
Au milieu des terres
Qui sont comme l'enfer.

Qu'un courant nouveau vienne me délivrer
De ce lien que je n'ai jamais désiré.
J'étais muet, on m'a transformé en langue
Qui m'écorche vif et rend mon être exsangue.

Faites que se répande
Ma juste demande !
Pour que l'on me rende
Ma chère légende...

...D'îlôt seulement accessible aux enfants
Qui ne sont pas encore devenus parents.
Que mon abord risqué ne soit réservé
Qu'aux hardis coeurs purs qui l'auront mérité.

Oyez ma complainte
Pour cette contrainte.
Ôtez moi ce "presque"
Qui me rend grotesque.

Je n'ai que faire de terres environnantes.
Ma survivance est sur une bien mauvaise pente.
Je veux retrouver la vie qu'on m'a prêtée
Et qu'un jour vos terres ont soudain confisquée.

J'ai été belle île
Au climat subtil,
Pour amis le vent
Et les flots dansants.

Mon avenir à l'eau,
Je n'étais qu'un îlot.
Je désire être à l'aise,
Jamais dans vos fournaises.
Je refuse vos pavés,
Laissez-moi mes sentiers,
Mes rochers acérés
Faits pour me protéger.

Je veux secourir mon herbe,
Enlevez votre adverbe.

Serais-je devenu une presqu'île ?