Musique listes préférées
... .............................
Liste des chansons preferences Soulèvement
Perdus de vue
Rêves
Confidences sur l'oreiller
Au grenier
Fructidor
J'aurais voulu
Nocturnelle
Les souris
Petit Méjean
Abandon
Onanyme
L'échelle
Janvier sur la plage
Passer la ligne
Fonda Pepe
FAIM !
Hivers d'antan
On frappe à la porte
Merci, Cévennes
Bonheurs du jour
2053
Sens critique
Couchant
Refuge
Mon élégie
Fifi
Petite Araignée
Ombres portées
Pourquoi ces seins ?
Bosse de l'eau
Mes mains
La boîte aux photos
Mistral
Partir de rien
La Cèze
Monsieur Zoiseau
Pignons sur rue
Disques d'antan
Tapis volant
Jouer à chat
La dernière escapade
Frisson
Le rayon
Jardin des simples
Elle
Gardien de phare
Petite sirène
Débourrage
La carte postale
Lavande
Regarder la nature
Santons
Le vent qui ment
Beau village
Mon Ventoux
Le vieux soustingue
Les voyants
Laboureur d'infini
Ma gamelle
Le puput
Presqu'île
Le con-table
Confesse
Les cigales
Sur l'Orénoque
Les bancs de Georges
Aline et Hélène
Le mensonge
Racolage
La richesse
Carbule
Je vote
Mon vélo
La châtelaine
Bon sens
On mal fabé
La meulière
Coup de chaud
Ta chaleur
Voie sans issue
La petite lumière
Autant
Riz-menthe
TGV
Merditerranée
Les p'tits embêtements
Orion
Souriez !
Il avait un avion
Va-nu-pieds
Aum
Le geai
Bonne fête!
Le pêcher
Chanson vécue
Acrobate
Je marche
Le lingam
Cécité
De
La météo avait raison
La Moumoune
La neige d'antan
L'eau rage
Brison rusé
Une goutte
Le Rack'n'Rall
Paroles de la chanson "Janvier sur la plage" par Jac PETIT-JEAN-BORET

Ecouter

JANVIER SUR LA PLAGE

(Musique et paroles de Jac PETIT-JEAN-BORET)
(Le mardi 29 août 2023 à 17h43, à Barjac)

Début janvier, par une superbe journée,
Je vais à la plage que j'aime tant arpenter.
Ce serait presque un temps à se baigner.
Personne à des kilomètres, c'est vraiment inespéré.

Le soleil pourtant si bas me suggère
De goûter l'eau malgré le frais front de l'air.
Bien sûr, elle est fraîche, mais pas glacée.
En quelques secondes, je devrais m'y habituer.

Inimaginable Méditerranée !
Qui nous gâte en hiver d'un relent d'été ...

Elle n'est pas si froide après quelques brassées,
Et j'y déguste son goût turquoise et salé.
Après avoir nagé submergé,
Et avec les vagues joué comme à surfer.
J'ai échoué sur ce sable immaculé.
La brise du sud m'a aussitôt séché.
Je suis resté sur la berge à me dorer,
Dégustant tout seul de ma grève les attraits.

Extraordinaire Méditerranée !
Qui veut nous persuader qu'on est en plein été ...

Nu sur la plage permet un parfait bronzage.
Le ressac-séduction est une invitation
A retenter un nouveau petit plongeon.
Mais je ne suis pas seul, m'aperçois-je, bougon !

Une naïade vaguement connue, de loin me hèle.
Elle m'a reconnu, ça paraît irréel.
Elle adore l'eau autant que moi,
Alors après un bain, assis nous séchons en commun.

Tous deux ahuris par cette journée magique,
Nos mains se découvrent, ça devient érotique.
Nos corps à leur tour fatalement s'impliquent.
Je ne la désire pas, pour moi trop athlétique.

Très invraisemblable Méditerranée !
Qui veut nous entraîner à nous encastrer...

Elle prête à s'empaler mais moi pas emballé
Bien que raidi, me défendant d'entrer.
Je n'étais pas assez enthousiasmé.
Mais c'était chaud, comme ce soleil extasié.

Très impénétrable Méditerranée !
Qui voulait à tout prix nous apparier...

Le soir tombe tôt, bien plus tôt qu'en plein été,
Sans le moindre mot, nous nous sommes séparés.
Chacun de son côté, nous nous sommes retirés,
Au moins rassasiés de cette illusion d'été.

Nous ne nous sommes jamais, jamais revus.
En 2007, c'était le 6 janvier,
Jour ineffable, je m'en souviens très bien.
Je pense qu'elle aussi sans doute restée sur sa faim,
Ce souvenir doit lui rester dans son coin.

Ma très vénérable Méditerranée !
Au fil de mes années, tu m'as bien étonné...


C'est sans doute la plus retravaillée de mes chansons,
tant pour les mots que pour la musique et le mixage.
Six jours de peaufinage.
Je ne suis, comme souvent, pas entièrement satisfait,
mais il faut bien conclure à un moment.
Dans la chanson, absolument authentique, je n'ai pas conclu...
Ça arrive parfois. La raison veille...