Musique listes préférées
... .............................
Liste des chansons préférences Soulèvement
Perdus de vue
Seins, seins, seins
Rêves
Confidences sur l'oreiller
Au grenier
Fructidor
J'aurais voulu
Nocturnelle
Impromptu
Jardin cyclique
Les souris
Petit Méjean
Abandon
Onanyme
L'échelle
Janvier sur la plage
Passer la ligne
Fonda Pepe
FAIM !
Le barbare
Hivers d'antan
On frappe à la porte
Merci, Cévennes
Bonheurs du jour
2053
Sens critique
Couchant
Refuge
Mon élégie
Fifi
Petite Araignée
Ombres portées
Pourquoi ces seins ?
Bosse de l'eau
Mes mains
La boîte aux photos
Mistral
Partir de rien
La Cèze
Monsieur Zoiseau
Pignons sur rue
Disques d'antan
Tapis volant
Jouer à chat
La dernière escapade
Frisson
Le rayon
Jardin des simples
Elle
Gardien de phare
Petite sirène
Débourrage
La carte postale
Lavande
Regarder la nature
Santons
Le vent qui ment
Beau village
Mon Ventoux
Le vieux soustingue
Les voyants
Laboureur d'infini
Ma gamelle
Le puput
Presqu'île
Le con-table
Confesse
Les cigales
Sur l'Orénoque
Les bancs de Georges
Aline et Hélène
Le mensonge
Racolage
La richesse
Carbule
Je vote
Mon vélo
La châtelaine
Bon sens
On mal fabé
La meulière
Coup de chaud
Ta chaleur
Voie sans issue
La petite lumière
Autant
Riz-menthe
TGV
Merditerranée
Les p'tits embêtements
Orion
Souriez !
Il avait un avion
Va-nu-pieds
Aum
Le geai
Bonne fête!
Le pêcher
Chanson vécue
Acrobate
Je marche
Le lingam
Cécité
De
La météo avait raison
La Moumoune
La neige d'antan
L'eau rage
Brison rusé
Une goutte
Le Rack'n'Rall
Paroles de la chanson "La meulière" par Jac PETIT-JEAN-BORET
Ecouter

LA MEULIÈRE

(Paroles et musique de Jac PETIT-JEAN-BORET)
(Le dimanche 27 novembre 2011 à 03h16, à St Jean-de-M.)

Je n'fais pas dans la nostalgie,
Et je ne regrette pas Paris,
Ses belles lumières et ses façades,
Sur les boulevards et leurs arcades,

Mais parfois sur de vieilles photos,
Je revois Suresnes ou Puteaux,
La banlieue, ses quartiers rétro,
Que je sillonais en vélo.

Derrière une rangée de platanes,
Des grilles protégeant des jardins ,
Semés de fleurs et de cabanes,
Et de massifs armoricains.

Un ptit jet d'eau pleurant sans fin,
Sur un bassin très parisien.
Des troënes et de basses futaies,
Qui rajoutent un charme désuet.

Et puis derrière, des pavillons,
Qui ne sont jamais en béton,
Leur style varie, comme des bonbons,
Qu'on présenterait à un salon.

Certains ressemblent à des chaumières.
Les plus riches sont en meulière
Extraite de locales carrières,
Là où poussent les champignonnières.

Elle a déjà trahi son nom,
Puisqu'avant d'être en pavillon,
Elle partait chasser des moulins,
Elle meulait bien grâce à son grain.

La meulière est plutôt belle pierre,
Composée de grenus calcaires,
Qui datent au moins de l'ère tertiaire,
Du temps d'avant les millionnaires.

Elle est rugueuse et mouchetée,
Avec des tons gris orangés,
Elle est toujours un peu grossière,
On peut pourtant en être fier.

Pour moi je crois qu'elle m'évoque
La mort d'une certaine époque,
Lorsque le ciment n'était bon
Qu'à jointoyer tous ces moellons.



Pour la voir, ma meulière, le wiki !