Musique listes préférées
... .............................
Liste des chansons preferences Fructidor
Nocturnelle
Onanyme
Passer la ligne
Fonda Pepe
Couchant
Monsieur Zoiseau
Pignons sur rue
La dernière escapade
Le rayon
Elle
Petite sirène
Débourrage
La carte postale
Lavande
Regarder la nature
Santons
Le vent qui ment
Beau village
Mon Ventoux
Le vieux soustingue
Les voyants
Laboureur d'infini
Ma gamelle
Le puput
Presqu'île
Le con-table
Confesse
Les cigales
Sur l'Orénoque
Les bancs de Georges
Aline et Hélène
Le mensonge
Racolage
La richesse
Carbule
Je vote
Mon vélo
La châtelaine
Bon sens
On mal fabé
La meulière
Coup de chaud
Ta chaleur
Voie sans issue
La petite lumière
Autant
Riz-menthe
TGV
Merditerranée
Les p'tits embêtements
Orion
Souriez !
Il avait un avion
Va-nu-pieds
Aum
Le geai
Bonne fête!
Le pêcher
Chanson vécue
Acrobate
Je marche
Le lingam
Cécité
De
La météo avait raison
La Moumoune
La neige d'antan
L'eau rage
Brison rusé
Une goutte
Le Rack'n'Rall
Paroles de la chanson "Fonda Pepe" par Jac PETIT-JEAN-BORET
Ecouter

FONDA PEPE

(Musique et paroles de Jac PETIT-JEAN-BORET)
(Le mercredi 26 octobre 2022 à 19h27, à Barjac)

Chacun partait le soir à la Fonda,
A pied, en spad, en mob ou en Vespa,
Avec l'espoir d'une chouette soirée,
Pour rencontrer l'amour ou jacasser.

Il faisait toujours doux, même en hiver
Et s'il pleuvait, on prenait son imper.
On pénétrait dans le tumulte ambiant,
Un riff de Keith dans l'air fumant.

La cloche tintait fort quand un client
D'un pourliche se fendait, c'était fréquent.
Derrière le bar, couraient Pepe ou Julien
Et des camareros qui servaient bien.

Dans la salle, on jouait toujours aux dés,
Backgammon et échecs, ou on causait
Allemand d'un côté, de l'autre anglais
En face, catalan localisé.

Les freaks les plus friqués allaient dîner
Au restaurante qui communiquait.
Moi, j'ai dû une seule fois y mettre les pieds
Au long des quinze années où j'y vivais.

Les murs étaient couverts de vieux tableaux
De tous les peintres locaux un peu barjos.
Il y avait même ma côtelette
Cédée là pour quelques pésètes.

Il se pressait là quelques amis chtarbés
Des locaux qui doucement déjantaient.
Ils étaient là chaque soir, avides de communiquer.
Bien difficile de leur échapper.

Catalina, patronne, tenait l'hostal.
Elle y vendait mes pingouins en cartes postales.
Rosalía criait "Diga,diga !"
Et nourissait tous les chats, là.

Lorsqu'une fois l'an, on revenait de vacances,
La première tâche était de boire une hierbas,
Typique liqueur locale de fleurs et de plantes
Qu'ils distillaient en face, la "Mari Mayans".

Dans une guérite tout près, Jordi attendait
Sous son enseigne "Puchi-Puchi", patientait
Pour vendre ses herbes îliennes et médicinales
Ça l'emmerdait sûrement, il vivait ça très mal.

A une époque, les lundis, le groupe venait
Et jouait les mêmes morceaux qu'on connaissait,
Mais on les écoutait religieusement,
Ce n'était même pas trop emmerdant.

Quand le temps était doux, on allait dehors,
Sur une chaise bancale et multicolore,
Les deux panards sur le muret de pierre.
Filaient les années et les bières.

C'était là pour nous un pôle culturel.
Les fous n'étaient pas trop intellectuels.
On croisait Pink Floyd, Bob Dylan ou Nina
Qui venaient boire un pot à Formentera.

Il n'y avait jamais la moindre bagarre,
On se connaissait tous, alors pas d'histoires.
Si par hasard quelqu'un nous déplaisait,
Il suffisait de l'ignorer.

Afin de changer d'air, changer d'endroit,
On allait un instant à "Las Ranas",
Un petit bar sympa derrière la place,
Et puis on revenait à la Fonda.

Lorsque Pepe était par trop fatigué,
Il s'éclipsait afin d'aller se coucher.
Il nous laissait les clés pour les derniers
Qui avaient devoir de fermer.

Alors au clair de la lune, sur le muret,
Ça discutait, rêvait, au son des guitares.
Jusqu'au petit matin, la vie s'écoulait.
Sans répit, tournaient les pétards.

Hélas, un jour, les choses se sont gâtées,
Car la vue sur le ciel s'est soudain bouchée.
A deux pas du muret, surgit la façade
D'un nouvel édifice moderne et fade.

Le bâtiment a été depuis détruit.
Mais à présent, on ne retrouve plus les amis
Ailleurs ils sont partis, chassés de chez eux,
L'ambiance a changé, pas en mieux.

Et puis, et puis... sont venus les milanais
Malheur depuis, plus personne à qui parler.
Plus la peine d'aller le soir à la Fonda
Pour passer une soirée sympa.

C'est comme ça dans le monde, les modes passent.
Les lieux intéressants un jour trépassent.
Ils disparaissent, chacun malencontreusement.
Il faut seulement les connaître à temps.

Combien d'heures, combien de "San Miguel"
ont contribué à mon bonheur existensiel.


Ma côtelette (vu la forme de l'île) dans le "comedor" de la Fonda Pepe :