Musique listes préférées
... .............................
Liste des chansons preferences Fructidor
Nocturnelle
Onanyme
Passer la ligne
Fonda Pepe
Couchant
Monsieur Zoiseau
Pignons sur rue
La dernière escapade
Le rayon
Elle
Petite sirène
Débourrage
La carte postale
Lavande
Regarder la nature
Santons
Le vent qui ment
Beau village
Mon Ventoux
Le vieux soustingue
Les voyants
Laboureur d'infini
Ma gamelle
Le puput
Presqu'île
Le con-table
Confesse
Les cigales
Sur l'Orénoque
Les bancs de Georges
Aline et Hélène
Le mensonge
Racolage
La richesse
Carbule
Je vote
Mon vélo
La châtelaine
Bon sens
On mal fabé
La meulière
Coup de chaud
Ta chaleur
Voie sans issue
La petite lumière
Autant
Riz-menthe
TGV
Merditerranée
Les p'tits embêtements
Orion
Souriez !
Il avait un avion
Va-nu-pieds
Aum
Le geai
Bonne fête!
Le pêcher
Chanson vécue
Acrobate
Je marche
Le lingam
Cécité
De
La météo avait raison
La Moumoune
La neige d'antan
L'eau rage
Brison rusé
Une goutte
Le Rack'n'Rall
Paroles de la chanson "Elle" par Jac PETIT-JEAN-BORET
Ecouter

ELLE

(Paroles et musique : Jac PETIT-JEAN-BORET)
(Le mercredi 3 janvier 2001. Mais où étais-je ? à Beaumes en transit ?
C'était quelques jours avant mon emménagement à Vers !)

Elle se carapatait dans les champs,
Elle semblait voler légèrement...
Elle reparaissait de temps en temps,
Je la perdais de vue à mon grand tourment.

Elle s'évanouissait dans le soir,
Je la cherchais partout plein d'espoir,
Dans chaque chatoyement, je croyais la voir,
Mais elle n'apparaissait que trop rarement.

Je lui tendais des pièges innocents,
Elle déjouait mon manège insolemment,
Elle fondait comme neige mystérieusement,
Dissoute dans un arpège de notes au vent.

Capricieuse, elle se dérobait,
Quand j'allais enfin pouvoir la serrer,
Mes souvenirs soudain renaissaient,
Mais les années passées étaient dépassées.

Je croyais si fort qu'elle m'appartenait,
Naïvement bien sûr, je me trompais,
Je la pensais faite d'éternité,
C'est fou ce qu'on peut dès lors s'imaginer.

J'aurais fort aimé pouvoir la garder
Tout au long de ces lunes à mes côtés,
J'ai su que je devais me faire à l'idée,
Que jamais comme avant, je ne la retrouverais.

Elle était mon âge d'or d'insouciance,
Etait le temps fort de mon existence,
Elle s'éloignait avec arrogance,
Main dans la main avec ma petite enfance,

Mon adolescence...



Sur des accords de bossa, cette chanson pourchasse
une inconnue dont l'identité n'est révélée qu'à la fin.
Je suis assez satisfait de mon arrangement et des contrechants
de flûte qui ne sont pas sans rappeler ceux de
"Paris s'éveille" de Jacques Dutronc.

Voir la vidéo en live