Musique listes préférées
... .............................
Liste des chansons preferences Fructidor
Nocturnelle
Onanyme
Passer la ligne
Fonda Pepe
Couchant
Monsieur Zoiseau
Pignons sur rue
La dernière escapade
Le rayon
Elle
Petite sirène
Débourrage
La carte postale
Lavande
Regarder la nature
Santons
Le vent qui ment
Beau village
Mon Ventoux
Le vieux soustingue
Les voyants
Laboureur d'infini
Ma gamelle
Le puput
Presqu'île
Le con-table
Confesse
Les cigales
Sur l'Orénoque
Les bancs de Georges
Aline et Hélène
Le mensonge
Racolage
La richesse
Carbule
Je vote
Mon vélo
La châtelaine
Bon sens
On mal fabé
La meulière
Coup de chaud
Ta chaleur
Voie sans issue
La petite lumière
Autant
Riz-menthe
TGV
Merditerranée
Les p'tits embêtements
Orion
Souriez !
Il avait un avion
Va-nu-pieds
Aum
Le geai
Bonne fête!
Le pêcher
Chanson vécue
Acrobate
Je marche
Le lingam
Cécité
De
La météo avait raison
La Moumoune
La neige d'antan
L'eau rage
Brison rusé
Une goutte
Le Rack'n'Rall
Paroles de la chanson "Nocturnelle" par Jac PETIT-JEAN-BORET
Ecouter

NOCTURNELLE

(Paroles et musique : Jac PETIT-JEAN-BORET)
(Le mercredi 10 juillet 2019 à 15h03, à Barjac)

A la kermesse du patelin, j'ai gagné
Une drôle d'espèce de lapin qui sait parler.
Très dérouté, je lui ai demandé
S'il pouvait dire comment il voudrait être logé. (Logé !)

Il a toussé, a manqué de s'étouffer.
Puis il a pouffé, et de moi il s'est moqué.
Plein de questions, je l'ai bien cuisiné.
Il a eu peur que je veuille le manger.

Je lui ai dit "Te fais pas de soucis,
J'aime les lapins qui courent dans la prairie.
Mais un lapin qui parle, c'est inédit".
Rasséréné, chez moi il est monté.

Je lui ai donné un tabouret,
Une vieille prune par cette belle nuit d'été.
Nous nous sommes tus, assis sur le balcon,
Pleins de respect pour le chant des grillons.

C'était divin avec la prune volatile.
Lapin grisé se montra soudain volubile.
Il me posa une colle énigmatique
Qui chamboula ce calme si romantique.

"Combien faut-il de bouteilles de prune
Lancées de terre pour atteindre la lune ?"
Interloqué, j'ai répondu "Il n'en faut aucune".
Il m'a rétorqué qu'il en fallait au moins une.

"Je voudrais bien rentrer chez moi", a-t-il ajouté.
"J'habite là-haut sur la lune, ma lune bien aimée.
Je chevaucherai ta bouteille ficelé, arrimé.
Lance-moi donc, on va voir si tu sais viser."

J'ai siroté la bouteille afin de la vider.
J'y ai attaché mon lapin qui sait parler,
Et j'ai visé, yeux bandés pour ne pas rater.
Il a fendu les cieux et est très bien arrivé.

Depuis je n'ai plus personne à qui parler,
Mais j'aperçois par les nuits dégagées,
Dans ma lunette à télescopique visée,
Une paire d'oreilles dans la Mer de la Sérénité.



Je suis "modestement" assez satisfait de cette chanson,
musique et paroles.