Musique listes préférées
... .............................
Liste des chansons preferences Fructidor
Nocturnelle
Onanyme
Passer la ligne
Fonda Pepe
Couchant
Monsieur Zoiseau
Pignons sur rue
La dernière escapade
Le rayon
Elle
Petite sirène
Débourrage
La carte postale
Lavande
Regarder la nature
Santons
Le vent qui ment
Beau village
Mon Ventoux
Le vieux soustingue
Les voyants
Laboureur d'infini
Ma gamelle
Le puput
Presqu'île
Le con-table
Confesse
Les cigales
Sur l'Orénoque
Les bancs de Georges
Aline et Hélène
Le mensonge
Racolage
La richesse
Carbule
Je vote
Mon vélo
La châtelaine
Bon sens
On mal fabé
La meulière
Coup de chaud
Ta chaleur
Voie sans issue
La petite lumière
Autant
Riz-menthe
TGV
Merditerranée
Les p'tits embêtements
Orion
Souriez !
Il avait un avion
Va-nu-pieds
Aum
Le geai
Bonne fête!
Le pêcher
Chanson vécue
Acrobate
Je marche
Le lingam
Cécité
De
La météo avait raison
La Moumoune
La neige d'antan
L'eau rage
Brison rusé
Une goutte
Le Rack'n'Rall
Paroles de la chanson "Aum" par Jac PETIT-JEAN-BORET
Ecouter

AUM

(Paroles et musique : Jac PETIT-JEAN-BORET)
(Texte écrit initialement à Goa en février 1973,
mais repris complètement le mardi 6 février 2018 à 15h41, à Barjac)

J'ai gravé ma trace sur le sable, mes pas ont fait des monuments,
De ces sculptures impérissables, des bas-reliefs d'éboulements.

Mon pied imprimé sur la plage, c'est la preuve que j'ai existé...
Postérité sur le rivage dans un instant fragilisée.
Oui la marée, c'est bien le temps, l'univers est un océan,
Les minutes, les heures et les ans, sont des ondes nous ballottant.

Mon talon a voulu signer une page bientôt tournée,
Mes orteils ont longtemps écrit entre les rochers de la vie.
La vague a refermé la plaie qu'à la grève j'ai infligé
Et m'a dit que mes beaux étés seraient un jour évaporés.

J'ai emmené mon corps lutter contre les vagues et la marée.
Je dois avouer que j'ai échoué, peine perdue, la mer a gagné.

Foin de rancune, j'ai accepté les poissons-lune qu'elle me donnait,
Les conques, les algues et crustacés, m'ont rassasié et décoré.
J'ai dansé, chanté pour la mer, les reflets de clarté lunaire
M'ont fasciné toute la nuit. Rompu, je me suis endormi.

Réveil matin sur l'infini, grand l'horizon, moi si petit.
J'y serai sûrement englouti, lorsque mon coeur sera tari.



J'ai récemment retrouvé ce poème, écrit sur la plage
de Colva Beach à Goa en 1973.
J'ai décidé de le transformer en chanson et j'ai choisi
une ambiance de circonstance pour rendre l'atmosphère
de la grève.