Musique listes préférées
... .............................
Liste des chansons preferences Fructidor
Nocturnelle
Onanyme
Passer la ligne
Fonda Pepe
Couchant
Monsieur Zoiseau
Pignons sur rue
La dernière escapade
Le rayon
Elle
Petite sirène
Débourrage
La carte postale
Lavande
Regarder la nature
Santons
Le vent qui ment
Beau village
Mon Ventoux
Le vieux soustingue
Les voyants
Laboureur d'infini
Ma gamelle
Le puput
Presqu'île
Le con-table
Confesse
Les cigales
Sur l'Orénoque
Les bancs de Georges
Aline et Hélène
Le mensonge
Racolage
La richesse
Carbule
Je vote
Mon vélo
La châtelaine
Bon sens
On mal fabé
La meulière
Coup de chaud
Ta chaleur
Voie sans issue
La petite lumière
Autant
Riz-menthe
TGV
Merditerranée
Les p'tits embêtements
Orion
Souriez !
Il avait un avion
Va-nu-pieds
Aum
Le geai
Bonne fête!
Le pêcher
Chanson vécue
Acrobate
Je marche
Le lingam
Cécité
De
La météo avait raison
La Moumoune
La neige d'antan
L'eau rage
Brison rusé
Une goutte
Le Rack'n'Rall
Paroles de la chanson "Une goutte" par Jac PETIT-JEAN-BORET
Ecouter

UNE GOUTTE

(Paroles et musique : Jac PETIT-JEAN-BORET)
(Le 4 août 2002, à Vers Pont-du-Gard)

Sauna...

Une goutte vient de tomber sur ta peau.
Scintillante, elle frémit cette goutte d'eau.
De ton cou, elle avive le satin.
Aventureuse, elle y trace un dessin.
Tapi dans la pénombre, je ne vois
Que le cadre où se joue son destin.
Elle s'arrête, médite sur le choix du chemin qui mène vers ton sein.

Ah, ce coulis sur ton cou lisse !

Cette goutte me coule des frissons dans le dos.
Je m'inquiète comment se perdra ce joyau.
Je commence à me noyer dans cette perle
Qui me submerge telle une vague qui déferle.
A travers les vapeurs, je ne vois
Que ta gorge et le haut de ton sein.
Où est-elle dans l'ombre ? Ah, la voilà...
Elle glisse en son méandre fin.

Elle glisserait sur ta réglisse...
Fait chaud là, dans ce sauna.
Il me faut coûte que coûte cette goutte,
Ou alors, qu'on me branche un goutte à goutte !

Je reste coi, que je reste si c'est fou,
Cette larme qui dévale au gré de ton pouls.
Farfadet épris de sa course légère,
Elle hésite au rythme lent de ton artère.
Elle se déroute de la pointe, elle m'envoûte.
Je sais qu'elle est l'arme, le venin
Qui me détruira si je la goûte...
Mais tu l'essuies sans qu'elle scelle nos destins.


Tu l'annules d'un simple revers de la main !
Ca me dégoûte !

Je suis sot, na...



Je m'en souviens très bien. J'étais dans ma maison de Vers Pont-du-Gard
et j'avais fait du jardinage toute la journée. Plein été, j'ai amené ma guitare
et mon cahier à la table de jardin près de la piscine et je me suis baigné.
Rafraîchi, je me suis mis à mon lutrin champêtre. Une goutte est tombée
de mon visage sur le cahier.
J'ai alors chanté "Une goutte vient de tomber sur ma page".
Et j'ai commencé à écrire sur cet élan. Peu à peu, l'histoire s'est transformée.
J'ai écrit la chanson d'un seul jet, sourd et aveugle aux trois jeunes allemandes
qui s'ébattaient à présent dans la piscine derrière moi.
Je crois qu'elles ont bien essayé d'attirer mon attention.
Peine perdue, j'étais dans ma chanson jusqu'au bout.