Musique listes préférées
.............................
Liste des chansons preferences Fructidor
Couchant
Le rayon
Monsieur Zoiseau
Elle
Petite sirène
Débourrage
Nocturnelle
La carte postale
Mon Ventoux
Les voyants
Ma gamelle
Le puput
Presqu'île
Confesse
Les cigales
Passer la ligne
Sur l'Orénoque
Les bancs de Georges
Aline et Hélène
Le mensonge
Racolage
La richesse
Carbule
Je vote
Mon vélo
La châtelaine
Bon sens
On mal fabé
La meulière
Coup de chaud
Ta chaleur
Voie sans issue
La petite lumière
Autant
Riz-menthe
TGV
Merditerranée
Les p'tits embêtements
Orion
Souriez !
Il avait un avion
Va-nu-pieds
Aum
Le geai
Bonne fête!
Le pêcher
Chanson vécue
Acrobate
Je marche
Le lingam
Cécité
De
La météo avait raison
La dernière escapade
La Moumoune
La neige d'antan
L'eau rage
Brison rusé
Une goutte
Le Rack'n'Rall
Paroles de la chanson "TGV"
Ecouter

TGV

(Paroles et musique : Jac PETIT-JEAN-BORET)
(Le dimanche 5 novembre 2003, à Vers Pont-du-Gard)

Quand la portière s'est refermée,
Que le train s'est mis à rouler,
J'ai bien senti que je perdais
Le fil, la boule, la vie, la vraie...

Que nos mains déjà retombaient
Que l'un sans l'autre, il manquerait,
Malgré nos lettres et nos pensées,
Nos yeux brillants pour s'y noyer.

Béni soit ce TGV qui t'emmène,
Que ses longs rails restent bien parallèles,
Que tous les saints, même les tiens qu'il emmène
Veillent à ce que très vite, il te ramène.

Quand la portière s'est refermée
Sur ma voiture qui démarrait,
Quittait cette gare en qui naissait
Parfois sourire, cette fois soupir,

Quand l'habitude m'a ramené
Sur cette route bien ou mal lunée,
Selon que près d'moi tu étais,
Ou comme maintenant à t'éloigner.

J'ai quand même béni ce TGV qui t'emmène,
Que ses longs rails restent bien parallèles,
Que tous les saints, même les tiens qu'il emmène,
Veillent à ce que très vite, il vous ramène à moi.

Quand la porte s'est refermée
Sur ma maison bien désertée,
De ta présence qui l'habillait,
Je me suis vu désemparé.

J'attends, j'attends et j'attendrai
Un jour prochain ton arrivée,
Je m'y accroche, l'espoir renaît,
Un quai de gare pour se retrouver.

Je bénirai encore ce TGV qui t'amène,
Dont les longs rails sont bien restés parallèles.
Tous les saints ont veillé, même les tiens qu'il amène,
Qu'il veille encore longtemps, que souvent il te ramène vers moi !

Oui, je bénirai ce TGV qui t'amène,
Que nos deux vies restent toujours parallèles,
Que toutes nos joies sur cette voie nous emmènent,
Que nos roues à nous sur ces rails nous entraînent,
Qu'il veille à ce que notre émoi soit le même,
Et qu'un jour enfin ce soit nous deux qu'il emmène.



Que c'est triste un train qui siffle dans le soir...
Les TGV ne font pas exception, mais leur sifflement n'est pas aussi nostalgique.
C'était une chanson écrite pour Poupoune.