Musique listes préférées
... .............................
Liste des chansons preferences Perdus de vue
Rêves
Confidences sur l'oreiller
Au grenier
Fructidor
Nocturnelle
Les souris
Petit Méjean
Abandon
Onanyme
L'échelle
Janvier sur la plage
Passer la ligne
Fonda Pepe
FAIM !
Hivers d'antan
On frappe à la porte
Merci, Cévennes
Bonheurs du jour
2053
Sens critique
Couchant
Refuge
Mon élégie
Fifi
Petite Araignée
Ombres portées
Pourquoi ces seins ?
Bosse de l'eau
Mes mains
La boîte aux photos
Mistral
Partir de rien
La Cèze
Monsieur Zoiseau
Pignons sur rue
Disques d'antan
Tapis volant
Jouer à chat
La dernière escapade
Frisson
Le rayon
Jardin des simples
Elle
Gardien de phare
Petite sirène
Débourrage
La carte postale
Lavande
Regarder la nature
Santons
Le vent qui ment
Beau village
Mon Ventoux
Le vieux soustingue
Les voyants
Laboureur d'infini
Ma gamelle
Le puput
Presqu'île
Le con-table
Confesse
Les cigales
Sur l'Orénoque
Les bancs de Georges
Aline et Hélène
Le mensonge
Racolage
La richesse
Carbule
Je vote
Mon vélo
La châtelaine
Bon sens
On mal fabé
La meulière
Coup de chaud
Ta chaleur
Voie sans issue
La petite lumière
Autant
Riz-menthe
TGV
Merditerranée
Les p'tits embêtements
Orion
Souriez !
Il avait un avion
Va-nu-pieds
Aum
Le geai
Bonne fête!
Le pêcher
Chanson vécue
Acrobate
Je marche
Le lingam
Cécité
De
La météo avait raison
La Moumoune
La neige d'antan
L'eau rage
Brison rusé
Une goutte
Le Rack'n'Rall
Paroles de la chanson "Laboureur d'infini" par Jac PETIT-JEAN-BORET
Ecouter

LABOUREUR D'INFINI

(Paroles et musique de Jac PETIT-JEAN-BORET)
(Le dimanche 28 août 2022 à 09h41, à Barjac)

Il labourait son champ.
Il y passait du temps.
Mais c'était son plaisir.
C'était son devenir.

Or, une mauvaise année,
L'été fut fort caniculé.
Il n'a pas plu des mois entiers.
Il n'a pas pu labourer.

Qu'allait-il devenir
Sans son sacré désir
De toujours labourer,
Hiver comme été ?
Il était laboureur
C'était son grand honneur,
Son seul savoir-faire,
Il deviendrait amer.
Ce serait la misère.

Alors il s'interrogea,
Il s'introspecta.
Et peu de solutions
S'offraient à sa raison.
Afin d'apaiser son âme,
Il laboura sa femme.
Elle, enfin contentée,
Bénit l'austérité
De ce maudit été.

Malchance, une maladie
S'attaqua à son vit,
Achevant de flétrir
Son nouveau devenir.
Donc sans vouloir attendre,
Il se mit à apprendre
De nouvelles techniques,
Faire des travaux pratiques
S'initier aux mathématiques.
Oh, bijou !

C'est ainsi que par dépit,
Il devint pour la vie
Laboureur d'infini.

Depuis, on le voit souvent
Dans les nuages de Magellan,
Labourer le ciel
De son nouveau rituel
Eternel...

Il sillonne les galaxies
De sa charrue infinie.
Il ensemence le ciel
D'étoiles nouvelles.

Nouvelle cosmologie !