Musique listes poesie
.............................
Liste des chansons poesie Nocturnelle
La brouette
De
Aum
Autant
Le lingam
De
Les loges de ma paresse
La vague
Une goutte
Une, deux, trois
Le rayon
Ma voie lactée
Conversation cosmique
Le nombril
Le p'tit soleil
L'éphémère
Le temps
Pervers pépère
La flaque
J'améliorais
La mer en automne
Portrait
La fête des noeuds-Rhônes
Couchant
Réveiller la bête
Minie
Le train électrique
Les p'tits embêtements
Glander
Philippines
Rue des caresses
Mage et lent
La petite graine
La neige d'antan
Les fois
La richesse
Estiual
Le soleil
Petit nuage
Les solitaires
Coup de chaud
Moments intenses
La moustiquaire
Paradoxe temporel
Chagrin de simple
Pirlouit
Le grand peintre
Les curieux
L'eau rage
La petite lumière
La meulière
Le carapaçonné
Zanon 77
Cool-heure
L'hirondée des arrivelles
Vol sur les Cévennes
Il y a deux soleils
Fonctions enfantines
Cadeaux de loin
Le trou de balle du monde
Aline et Hélène
Perdu
Dramaturge essence
Rêves perdus
Saute-moutons
La gratte
L'ombre
Les mots masaï
Vaincre sa peur
Bien sùr
Ses livres
La source
Paroles de la chanson "Le pÍcher"
Ecouter

LE PÊCHER

(Paroles et musique : Jac PETIT-JEAN-BORET)
(Le mercredi 26 juin 2019 à 20h46, à l'ordi)


A la saison des fruits, j'avais dû recracher
Un gros noyau de pêche qui au lieu de sécher,
S'est enfoui sous la terre au milieu du verger
Et des années plus tard, il a su accoucher.

Je me souviens encore de ce petit pêcher,
Véniel et solitaire dans mon jardin d'curé.
Avant les grandes gelées, je m'étais dépéché
De bien sûr l'arroser, de bien le binocher.

Je n'aime pas la chasse, je n'aime pas pêcher,
C'est pas dans ma nasse qu'un poisson va s'noyer.
Mais j'avoue que les mouches, quand elles viennent me tromper,
Je les tape sur la bouche, et je leur mords le nez.

Mon pêcher a grandi dans ce jardin trop p'tit,
Mortel, il étouffait les plantes autour de lui.
J'ai été obligé de me mettre à bêcher
Pour le déraciner, ce capital péché.

Je n'aime pas la coupe, je n'aime pas tronçonner.
C'est donc avec respect que je l'ai emmené.
Mais j'avoue, les moustiques, quand ils veulent me lyncher,
Je leur tape sur la pique, je leur piétine les pieds.

Je me souviens d'avoir déballé mon pêcher,
Dans le confessional par devant le curé.
Mais c'était qu'un mensonge, j'avais même pas péché,
A part un peu tapé, mordu et piétiné.

Je n'aime pas les amendes, les amendes à payer.
Ou pire aller à Fresnes pour une peine à purger.
Car j'avoue que d'y Hêtre gardé par des grenadiers,
J'en sortirais peut-être chenu, un peu plié.

Le péché m'a absous, m'a remis mon curé.
A la place du curé, qui depuis s'est noyé
J'ai planté six troënes parce qu'ils étaient si près.
Olivier, le curé, y est bien enterré.

Je n'ai plus bien la pêche, la pêche du pêcher.
A présent, j'ai les noix, oui, les noix du noyé,
Car j'avoue que ces arbres ne font que nous planter,
Leurs homonymies bêtes nous font tout avaler.

C'est vrai, c'est pas du boulot, quoi !



Merci Annie, pour ces pêches qui m'ont inspiré
cette ma-gni-fique chanson de saillies...
Mais je ne sais pas où je vais pêcher tout ça !

Voir la vidéo en live