Musique listes poesie
... .............................
Liste des chansons poesie Nocturnelle
Pignons sur rue
Le vent qui ment
Jardin des simples
La brouette
Tapis volant
Lavande
Perdus de vue
La légende de Chiffon
De
Si vous aimez la gabare
Aum
Le rayon
Falaise
Désert
Mes enfants
La petite balle perdue
Pleine lune
Autant
Petite sirène
Gardien de phare
Alsa est mort
Le lingam
Laboureur d'infini
Minigraine
Idée folle
De
La carte postale
Les loges de ma paresse
Mon Ventoux
Le briquet
La miette
L'abricot
Orion
Ma gamelle
Mon canotier
La vague
Une goutte
Presqu'île
La courbe
Une, deux, trois
Divin glouglou
Entre Sylvestre et Basile
Ma voie lactée
Conversation cosmique
Le tortillard
Nuit au bois
Qui suis-je ?
Le nombril
La vaisselle
Le p'tit soleil
L'éphémère
Pas de précipitation
Le temps
Pervers pépère
Apercevoir la mer !
La flaque
J'améliorais
La mer en automne
Portrait
La fête des noeuds-Rhônes
Couchant
Réveiller la bête
Cours préparatoire
L'âge mûr
Moments de grâce
Minie
Les acouphènes
Le train électrique
Les p'tits embêtements
Glander
Philippines
Rue des caresses
Mage et lent
La petite graine
La neige d'antan
Les fois
La richesse
Estiual
Le soleil
Petit nuage
Les solitaires
Coup de chaud
Moments intenses
La moustiquaire
Paradoxe temporel
Chagrin de simple
Pirlouit
Le grand peintre
Les curieux
L'eau rage
La petite lumière
La meulière
Le carapaçonné
Zanon 77
Cool-heure
L'hirondée des arrivelles
Vol sur les Cévennes
Les vacataires
Il y a deux soleils
Fonctions enfantines
Cadeaux de loin
Le trou de balle du monde
Aline et Hélène
Perdu
Dramaturge essence
Rêves perdus
Saute-moutons
La gratte
L'ombre
Les mots masaï
Vaincre sa peur
Bien sùr
Ses livres
La source
Paroles de la chanson "L'eau rage" par Jac PETIT-JEAN-BORET
Ecouter

L'EAU RAGE

(Paroles et musique : Jac PETIT-JEAN-BORET)
(Le mercredi 15 juillet 2009 à 3h15, à St Jean-de-M.)

J'aime la chaleur de l'été et la sueur,
La canicule ne m'a jamais fait peur.
Pourtant parfois l'air veut brûler ma peau,
Lorsque Vulcain mène sa forge à pleins pots.

J'aspire alors à un peu de fraîcheur,
Et un orage suffit à mon bonheur.
Voir les nuages s'épaissir en enclume
Et tailler au ciel un sombre costume.

Fermer fenêtres et planquer les jasmins,
Rentrer le linge, les chaises et leurs coussins.
J'adore guetter, nez collé aux carreaux,
Le premier éclair, la première goutte d'eau.


Se préparer au théatre olympien,
Avoir un bon fauteuil pour y voir bien.
Ecouter le tonnerre rouler au loin,
Voir les rideaux secouer leur vieux lin.

J'aime ce vent qui annonce la pluie,
Ce déchaînement qui alors s'ensuit.
Les éclairs fusent, on aime compter le temps
Jusqu'à ce que parvienne leur grondement.
Allumer quelques bougies dans le noir,
Car le courant est coupé tout le soir.


Quand c'est fini, sortir pour respirer
Les parfums tièdes de la terre rassasiée.
Goûter les gouttes qui gouttent de la voûte,
Sauter les flaques qui ont peuplé la route.

Entendre le merle siffler son bonheur,
Guigner la tige qui redresse sa fleur.
Voir les nuages filer vers d'autres villages,
Être serein après ce bel orage.



Cette chanson a subi maintes modifications.
Rien à en redire, car c'est quelque chose que
chacun pourrait dire, sauf ceux qui ont peur de la foudre.

Voir la vidéo en live