Musique listes poesie
.............................
Liste des chansons poesie Nocturnelle
La brouette
De
Aum
Autant
Le lingam
De
Les loges de ma paresse
La vague
Une goutte
Une, deux, trois
Le rayon
Ma voie lactée
Conversation cosmique
Le nombril
Le p'tit soleil
L'éphémère
Le temps
Pervers pépère
La flaque
J'améliorais
La mer en automne
Portrait
La fête des noeuds-Rhônes
Couchant
Réveiller la bête
Minie
Le train électrique
Les p'tits embêtements
Glander
Philippines
Rue des caresses
Mage et lent
La petite graine
La neige d'antan
Les fois
La richesse
Estiual
Le soleil
Petit nuage
Les solitaires
Coup de chaud
Moments intenses
La moustiquaire
Paradoxe temporel
Chagrin de simple
Pirlouit
Le grand peintre
Les curieux
L'eau rage
La petite lumière
La meulière
Le carapaçonné
Zanon 77
Cool-heure
L'hirondée des arrivelles
Vol sur les Cévennes
Il y a deux soleils
Fonctions enfantines
Cadeaux de loin
Le trou de balle du monde
Aline et Hélène
Perdu
Dramaturge essence
Rêves perdus
Saute-moutons
La gratte
L'ombre
Les mots masaï
Vaincre sa peur
Bien sùr
Ses livres
La source
Paroles de la chanson "Les bancs de Georges"
Ecouter

LES BANCS DE GEORGES

(Paroles et musique : Jac PETIT-JEAN-BORET)
(Le vendredi 10 août 2012 à 17h54, à St Jean-de-M)

Les bancs de Georges en son temps, peuplés d'amoureux,
D'oisifs, de familles, de bourgeois, de cul-terreux,
De jeunes, de moins jeunes et surtout de petits vieux,
Venus là tous ensemble pour passer le temps,
Ne sont plus usés que par des pigeons bruyants,
Remplaçant la parlotte par des roucoulements.

Les bancs de Georges en ferraille, en pierre ou en bois,
De facture rustique ou bien de type citadin,
Dans nos villages ou même en nos centres urbains,
Dans les parcs, les squares, sur les places et les chemins,
Ne servent plus, ne sont même plus jamais repeints,
Nous laissant au coeur comme un relent de chagrin.

Les bancs de Georges délaissés, même plus honorés,
Remplacés depuis par le canapé-télé,
Ont soudain retrouvé vie et utilité,
Ils se repeuplent aujourd'hui après tant d'années,
On y vient chacun pour soi pour téléphoner,
Parce que de là, ça passe mieux que du canapé.



Je suis très admiratif de Georges Brassens, évidemment,
et je l'ai souvent chanté, mais je ne connais vraiment par coeur
qu'une seule de ses oeuvres : "Les bancs publics".
En lui rendant hommage, c'est en référence à cette chanson
que j'ai écrit ceci.
C'est de ma fenêtre de St Jean-de-M. que j'ai eu l'idée de la
chute en voyant tous les gens sortir de chez eux pour venir
téléphoner avec leurs portables sur le banc public en face
de la Tour de l'Horloge.
Encore une chanson qui peut s'éxécuter facilement
à la guitare acoustique.

Voir la vidéo en live