Con-f-texts
Textes de Jac PETIT-JEAN-BORET

LIVRES
Nouveau

 
 
 
Textes de Jac PETIT-JEAN-BORET
Mon meilleur prof : Raymond Cogni par Jac PETIT-JEAN-BORET

TONI DE SES ROQUES

Ceci est un hommage à Toni, un drôle de cher ami.
J'étais installé à mon arrivée seconde et presque définitive à Formentera dans la "pequeña habitación", une enclave dans un complexe rural des plus sordides parce que sans fenêtre et tournée résolument vers le nord. Mais j'étais heureux d'y être.
Peu m'importait l'intérieur où je ne faisais que dormir, car j'avais le jour tout l'extérieur de l'île.

J'avais apporté avec moi une planche entière de buvards-étoiles. Mais l'acide lysergique ne me faisait aucun effet. J'en avais pris une bonne quarantaine à Paris et le seul résultat obtenu était que je voyais le bas des rideaux monter. Pas très hallucinatoire, pas très gratifiant...
Entretemps, j'avais rencontré Gigi, allemande résidente sur l'île, mariée à un autochtone. Et je commençais une relation avec elle qui allait durer quatre ans.
Elle avait deux enfants, Marcel 12 ans, et Angie 2 ans. Marcel avait été fomenté par un allemand légèrement délinquant, d'ailleurs en tôle en Teutonie bavaroise, et Angie était la fille " de l'île", c'est-à-dire du mari local de Gigi.
Mais ce mari, volage de naissance, était parti avec Natacha (de son vrai prénom Sylvie). J'avais rencontré ce mari avec sa Natacha toute jeune dans un bar et nous avions sympathisé. Il était intéressé par mes buvards et nous avions convenu de les échanger contre un bon marocain.
Cette formule m'allait bien car en ce temps-là, le marocain était de qualité et me faisait le plus grand bien.
Il vint bientôt à la "pequeña habitación", et nous procédâmes au troc.
J'avais fait un petit dessin que j'avais placé sur ce qui me servait de table de chevet. Il me demanda si j'étais peintre. Je dis que non, mais cela m'inflença soudain dans une vocation (qui s'avéra fructueuse et bénéfique).
Quelques jours plus tard, j'appris que c'était le fameux mari de Gigi. C'était Toni ! Le décor est planté. Vous pouvez voir sa tronche au bas de cette page.

Peu de temps après, j'étais au lit avec Gigi, dans leur maison, "Ses Roques". Toni était parti vivre avec Natacha chez la mère de celle-ci et moi, j'étais installé avec Gigi dans la maison qu'ils avaient construite eux-mêmes au bord de l'unique route (asphaltée) de la Mola, celle qui traversait l'île.
Cette maison, un cube presque parfait, était divisée en deux : au rez-de-chaussée, un bar de nuit tenu par Thomas. A l'étage, l'appartement où vivaient avant Gigi et Toni, à présent, Gigi et moi.
Nous étions donc couchés, quand un bruit étrange nous parvint. Gigi se leva et alla voir, elle revint en disant " Ce n'est rien, juste Toni qui escalade la façade". Je n'étais pas très à l'aise, mais Toni vint discuter gentiment dans la chambre, fort surpris de me voir dans son lit avec son épouse. Pas surpris qu'il y ait un mec à sa place, mais étonné parce que c'était moi, l'échangeur de buvards !
J'appris ainsi que Toni était un vrai singe, qui pouvait escalader n'importe quel mur, et ne s'en privait d'ailleurs pas pour dévaliser les maisons de touristes, vides en hiver. Cambrioler était une maladie familiale, tous ses frères et sa soeur en furent atteints.
Toni était malin, singe, roublard, dragueur et surtout très sympathique. ll carburait à tout ce qui donnait la "marcha", mais gardait le contrôle. Il avait des petits yeux vifs toujours souriants. Il avait aussi une grosse queue comme je l'apprendrai plus tard. Pourvu d'une belle crinière à l'abandon, dynamique, intéressant et intéressé, il devint ainsi un ami.
Un ami sans contraintes, nous nous appréciions et nous respections. Toni ne m'a jamais trahi, ni entubé de quelque manière que ce fut. Au contraire, Toni fut toujours généreux avec moi. Il savait aussi que je m'occupais de sa fille Angie qu'il gâtait dans tous les sens du terme, et que moi, je l'éduquais. Je lui appris à lire et à écrire.

Puis vint mon premier été. Toni, propriétaire de "Ses Roques" (avec Gigi) louait le bar (en bas) à Thomas. Mais Toni voulait récupérer ce bar (contre l'avis de son père qui percevait en outre le loyer du-dit bar). Toni, malin comme toujours, se fit engager comme barman par Thomas, son locataire. Et il mena un double jeu, employé modèle comme barman, et complotant pour mettre Thomas dehors. Toni avait fait lui-même l'installation électrique de la maison et Thomas ne savait pas que l'étage était branché sur le compteur du bar. Nous mettions toujours des bougies là-haut pour qu'en cas de visite de Thomas, il voie que nous n'avions pas l'électricité. Ça ne faisait rien, car Thomas n'ayant pas payé ses notes de la Gesa (EDF ibérique), on lui avait coupé le jus. Il avait donc installé un générateur (bruyant) mais qui donc nous fournissait nous aussi à l'étage en courant.Thomas organisa bientôt des concerts de nuit sur la terrasse. Ça durait jusqu'à trois, quatre heures du matin, les voisins se plaignaient et nous aussi là-haut. Toni nous demanda alors, en plein concert nocturne, de brancher des fers à repasser, le four et tout ce qui consommait beaucoup. Du coup, le générateur peina et le groupe de rock qui jouait dehors fut privé de power. Aussitôt, la foule nombreuse cria au scandale. Quelques concerts de la sorte et Thomas s'avoua vaincu, il laissa le bar à Toni.

A partir de là, je devins assidu au bar. J'avais le droit de boire gratis et je n'exagérais pas. Thomas, furieux, avait détruit tout ce qui était chouette dans le bar, y compris une fresque murale de "Mogens Egil" (un artiste danois), qu'il avait surbadigeonnée indélébile. Contre une belle tablette, je fis une nouvelle fresque. Je peignis également des trompe-l'oeil un peu partout. Des fausses queues de billard contre le mur, des bleus (de billard également car le billard de Natacha accaparait beaucoup d'attention). Là-haut, le soir, avant l'ouverture du bar, Toni recevait son fournisseur, Enrique le suisse et découpait son kilo journalier de marocain en fines barrettes. A nous les miettes... Mais Gigi avait peur et nous trouvâmes une maison à un kilomètre de là à Ca Mari. A partir de là, Gigi allait se murger à "Ses Roques" tous les trois soirs, c'était son rythme d'alcoolo, Angie oscillait entre la maison (qui ressemblait plutôt à un garage) où elle avait une vie sérieuse et "Ses Roques" avec son père, où elle visionnait des vidéos hard à quatre heures du mat' et finissait les verres des clients. Difficile pour moi à gérer.

Après quatre ans, Gigi et moi nous séparâmes. Mais mon amitié pour Toni et sa générosité à mon égard ne s'altérèrent point. Puis je quittai Formentera avec Hannelore, ma nouvelle compagne. J'appris, car je faisais toujours de courtes vacances estivales à Formentera que Toni avait accueilli son frère Juanito afin de le remettre en selle. Juanito était complètement imprévisible, excessif, sans beaucoup de censure. Toni était un roublard sensé et pour ainsi dire sérieux, Juanito son cadet était un cas désespéré. Après maints emprisonnements de Juanito, Toni lui construisit un logement à côté de "Ses Roques".
Après quelques mois, Juanito y mit le feu. Ils se disputèrent et, dans leur folie, s'étripèrent. Toni, à bout, cassa une bouteille et la planta dans la gorge de Juanito. Manque de bol, Angie était là (elle devait alors avoir quinze ans) et c'est elle qui se chargea d'éponger le sang. Toni perdu appela un pote et ils allèrent jeter le corps de Juanito du haut de la falaise de Cala Embaster. Le lendemain à l'aube, la police frappait à la porte de Toni. Toni fut donc emprisonné à Ibiza, puis libéré comme toujours grâce à l'influence de son oncle Paya, le propriétaire des bus de l'île. Ayant bien connu Juanito, je ne peux admettre le meurtre mais je peux le comprendre et même l'absoudre. Juanito était ingérable. Toni eut une perm' de la prison alors que je me trouvais par hasard sur l'île. Il me vit et me sauta au cou, me mordit même le lobe de l'oreille. J'en fus réjoui, surpris et tout de même un peu inquiet, c'était lors de la grande panique du Sida.
Ce fut notre toute dernière rencontre, je ne le revis ensuite plus jamais.

Il décéda peu après de fort multiples causes, mais toutes d'excès. Toni vécut d'excès, il en mourut aussi. Il est enterré au cimetière de Sant Francesc Javier. Que Toni, mon ami, y repose sereinement jusqu'à plus soif.


Belle tombe de Toni
On trouve des photos du bar "Ses Roques" sur l'internénette. Mais vraiment plus rien à voir avec cette époque.

Voici la fresque que j'avais peinte, où la maison figure :
Retour à la page d'accueil